Parler de sa vie personnelle en entrevue d’embauche : à faire et ne pas faire

Publié le 2019/08/26 à 9:07

D’abord, définir ce qui fait partie de la vie personnelle

Les avis sont parfois partagés sur ce qui fait partie ou non de la vie privée.

Par exemple, est-ce que vos études font partie de votre vie personnelle ou professionnelle?

Si vous organisez une activité avec le club social au travail, vous considérez cela comment?

Vous présidez le comité de parents à l’école de votre enfant. C’est un travail, c’est vrai, mais relié à votre vie familiale. Hum…

Bref, dans cet article, je vous propose une définition de la vie personnelle ; tout ce qui se situe en dehors de vos rôles spécifiques où des tâches vous sont attribuées.

Donc, mes trois exemples ci-dessus seraient plutôt inclus du côté de la vie professionnelle.

Est-ce que vous pouvez parler de votre vie personnelle en entrevue?

Un recruteur va rarement oser vous poser une question sur votre vie privée afin d’éviter de se faire accuser de discrimination par la suite. Il fera donc très attention à la manière dont il formulera ses questions.

Sans vous forcer, il peut vous poser une question et vous proposer d’y inclure une expérience personnelle en y répondant, un peu de cette manière :

« Pour répondre à la question, vous pouvez faire part d’une expérience personnelle, si vous le souhaitez. »

De son côté, bien entendu, le candidat est libre d’aborder des aspects de sa vie privée. C’est un choix qui vous appartient.

Par exemple, lorsque je mène des entrevues de sélection, il arrive fréquemment que des candidats en viennent à me parler de leurs enfants, de leur nationalité et même de leur orientation sexuelle, et ce, par eux-mêmes!

En tant que candidat, il y a certains avantages à parler de votre vie personnelle.

D’abord, vous dégagez une impression d’authenticité et de convivialité, ce qui peut susciter de la sympathie de la part du recruteur à votre égard.

C’est un élément favorable à la relation, car vous vous montrez en confiance envers vous-même (je n’ai rien à cacher) et en confiance envers le recruteur (je n’ai pas peur que cette information soit mal utilisée).

De plus, les expériences personnelles permettent de démontrer des éléments favorables pour mieux vous vendre, surtout si vous manquez de réalisations ou situations dans un cadre professionnel pour faire valoir certaines de vos compétences.

Je me souviens d’un candidat qui postulait pour un poste de gestion mais qui n’avait jamais géré de personnel. Il a parlé de son rôle de leader dans l’organisation d’un voyage entre amis.

L’exemple de la personne qui a construit lui-même sa maison est également très intéressant, car il permet de démontrer plusieurs qualités comme l’autonomie, la planification, la débrouillardise, etc.

Le piège de l’anecdotique

Il y a également certains dangers à parler de votre vie privée en entrevue et il est bien d’en être conscient.

Un premier piège serait de tomber dans des propos anecdotiques qui n’apportent rien de constructif au processus de l’entrevue.

Quand vous parlez de votre vie personnelle, il est plus facile de vous égarer et de perdre de vue l’objectif de votre échange.

Parler une fois de son enfant, ça peut faire sourire et susciter de l’intérêt. Par contre, en parler à plusieurs reprises et ne pas savoir vous arrêter dans l’ajout de détails superflus, ça risque d’abolir le charme.

Non seulement vous gaspillez du temps en mentionnant des propos inutiles, mais vous donnez l’impression que votre vie personnelle occupe une énorme place dans votre esprit.

Le recruteur peut alors se demander s’il y reste assez de place pour le travail.

Il peut donc y avoir la crainte qu’une fois embauché, vous perdiez du temps précieux à raconter votre vie à tout le monde sur les lieux du travail.

Posez-vous aussi la question à savoir si dans votre propos, il y a un élément transférable au travail.

Par exemple, parler que votre plus belle réalisation, c’est d’avoir vu votre enfant naître. C’est magnifique, j’en conviens, mais c’est propre à n’importe quel être humain.

Ça dit quoi de spécial sur vous? Rien. Aucune valeur transférable à votre travail.

Toutefois, je me souviens d’une femme qui m’avait parlé d’avoir élevé un enfant autiste en étant mère monoparentale, ce qui lui avait demandé du courage et de l’organisation.

C’était très pertinent, car ses explications m’avaient convaincu de plusieurs compétences transférables au travail.

Le terrain glissant

Un autre piège serait de donner de l’information où vous risquez d’être mal jugé.

Par exemple, vous décidez de parler de votre séparation. Vous racontez que vous avez pris la décision de laisser votre partenaire.

Si le recruteur vient tout juste de se faire larguer, est-ce qu’il peut porter un jugement subjectif à votre égard?

Parler de sa vie personnelle à un professionnel qui est là pour vous évaluer ouvre une drôle de porte. Est-ce que certains éléments de votre vie personnelle pourraient influencer une prise de décision?

Je me souviens d’un candidat qui m’avait parlé avec fierté de sa grande réalisation, qui était d’avoir arrêté par lui-même sa consommation de drogue.

C’était très embêtant pour moi de me faire une opinion à ce sujet.

Parfois, vous n’avez pas le choix

Parlez de votre vie privée, cela vous appartient, c’est vrai! Mais parfois, vous vous devez d’aborder certains sujets.

Si vous avez été absent durant les deux dernières années sur le marché du travail pour une raison personnelle, vous seriez mieux d’en parler plutôt que de répondre que c’est votre vie privée, point final.

Le recruteur peut s’imaginer n’importe quoi sur vous.

Si vous devez absolument parler de votre vie privée, mais que vous n’avez pas envie de le faire, par exemple si vous avez été malade, je vous suggère de trouver une formule brève qui révèle l’essentiel et de ramener aussitôt le sujet vers des propos en lien avec le travail.

Le recruteur sera fixé sur la situation et il ne sera pas porté de vous poser d’autres questions.

En terminant, j’aurais envie de dire qu’on divise la vie personnelle de la vie professionnelle par nécessité, mais en réalité, c’est très difficile de délimiter officiellement les deux.

La vie représente un tout bien complexe, n’est-ce pas?

Source: jobboom.ca